Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 09:14
Techniques d'écriture : annonces et fausses pistes

A priori, utiliser des annonces et des fausses pistes peut sembler contradictoire. En effet, vous allez utiliser les annonces en deux temps. C'est un procédé que l'on appelle "preparation/payment" dans les techniques d'écriture de scénario. Vous annoncez une action ou un événement en introduisant un élément dans votre histoire. Par exemple, vous montrez que votre personnage collectionne les armes à feu. Plus tard, un autre de vos personnages utilise une de ses armes pour l'assassiner. Si c'était le collectionneur qui les utilisait, ce serait trop téléphoné.

Maintenant, voyons ce qu'il se passe si vous souhaitez introduire des fausses pistes dans votre histoire.

Dans Mrs Miniver de William Wyler, par exemple, film de guerre, on s'attend à ce qu'un personnage meure, normal, c'est un film de guerre. La personne la plus exposée est le seul soldat du film. C'est renforcé par la crainte de sa femme qui voudrait qu'il reste à la maison.

En fait, à la fin, c'est elle qui meurt dans un raid aérien.

Ainsi,vous constatez que l'histoire nous prépare à la mort d'un personnage (le soldat), mais il s'agit d'une fausse piste. Et le dénouement par la mort de son épouse répond à l'annonce de la mort, en utilisant le procédé de l'annonce (preparation/payment).

Et vous, comment utilisez-vous ces techniques ?

(Remerciements à K.M. Weiland)
Partager cet article
Repost0

commentaires

C
En fait même si je partage votre avis pour ce que vous venez d'expliquer, je pense que justement lorsqu'on s'habitue aux " fausses pistes ", on finit par se dire " A tous les coups c'est une fausse piste " et ça casse d'avance l'effet. Peut être faudrait-il parfois que la piste soit bonne, que celle qu'on croit fausse le soit, qu'une vraie piste soit fausse, et que tout cela forme une sorte de scoubidou textuel qui empêchera toute possibilité de divination de ce qui va se passer ? <br /> Cordialement, Claude Lafontaine.
Répondre