Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 19:19

J'ai fait l'aller-retour chez mon éditeur Calmann-Lévy pour découvrir mon livre. Enfin ! Les couleurs sont plus présentes que sur la photo que j'avais vues de la couverture sur internet. L'émotion, immense, la joie, comblée. Et puis, l'accueil. Rencontre avec mon éditeur, l'attachée de presse, le service commercial, expédition, etc. Je ne connais pas tout le monde. Depuis 2000, les personnes ont changé. Quelques piliers restent, cela rassure l'auteur.

Echanges sur le plan média. On parle du prochain projet. Je me suis hasardée à feuilleter l'ouvrage. Surtout pas! Les coquilles m'ont sauté aux yeux. Je préfère ne pas y penser. Je sais bien que le livre vit déjà sa vie, avec ses imperfections et sa grâce. Voyagera-t-il autant que Marco Polo? Les personnages sauront-ils séduire, intéresser, poser question? Ils existent en dehors de moi, c'est déjà énorme. pour le reste, ce sera cadeau.

Sortie prévue le 12 octobre.

Sultane 1

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 16:49

INTERVIEWAccusé de réécrire son roman médiéval «le Nom de la rose» pour en faciliter la lecture à la génération internet, l’écrivain Umberto Eco, qui publie une nouvelle édition, dénonce une rumeur infondée.

6 commentaires

Recueilli par MAURIZIO BONO (traduit de l'italien par Robert Maggiori)

L'écrivain italien Umberto Eco à Madrid, le 13 décembre 2010. (REUTERS)

Il a fallu juste une phrase du communiqué de presse des éditions Bompiani - disant qu’Umberto Eco allait réécrire le Nom de la rose afin de le rendre «plus accessible aux nouveaux lecteurs» - pour que naisse le buzz, et que l’on attribue au sémiologue italien le projet de lancer sur le marché une version allégée de son best-seller, destinée aux «jeunes lecteurs» démunis, à la«génération Internet» comme l’a écrit El País, rétifs aux références trop savantes ou aux citations en latin. Ce qui est vrai, c’est que Bompiani (qui sera suivi des autres éditeurs étrangers) publiera bien, probablement en octobre, une nouvelle édition «revue et corrigée» du roman, précédée d’une note de deux pages qui explique la nature des interventions : élimination de certaines répétitions, corrections de deux ou trois erreurs, explicitation de quelques citations latines.

Umberto Eco le précise dans l’interview ci-dessous, donnée au journaliste du quotidien la Repubblica, Maurizio Bono. Le Nom de la rose, dont est tiré le film de Jean-Jacques Annaud, est paru en 1980. Classé premier dans la liste des best-sellers du New York Times, il a reçu le prix Strega en 1982, a été vendu, rien qu’en Italie, à six millions et demi d’exemplaires, et traduit en quarante-sept langues.

Un bobard, donc, mais cette histoire de la réécriture, professeur, a quand même beaucoup circulé.

Qu’est-ce que je peux vous dire ? C’était l’été, et les journaux devaient bien écrire quelque chose, ne serait-ce que pour éviter que les lecteurs ne pensent qu’à la crise économique. Aux jeunes lecteurs, le livre doit plaire tel qu’il était et tel qu’il reste - autrement, qu’ils aillent se gratter : comme disait Benedetto Croce (1), le premier devoir des jeunes est de devenir vieux…

Pour paraphraser Guillaume de Baskerville, le personnage du Nom de la rose, on dira qu’on apprend aussi à partir des erreurs et des faussetés : cette crainte d’une «adaptation au temps présent» du roman semble exprimer le souci de ceux qui se sentent obsédés par le style Facebook et la civilisation des SMS…

Je crois qu’il s’agit de ceux qui ensuite écrivent de longs articles ennuyeux pour dire que les jeunes ne lisent plus - ce qui est faux. Ceux qui ne lisent plus, adultes compris, ce sont ceux qui ne lisaient pas davantage avant.

Cela fait penser à vos hommes du Moyen-Age, qui pleuraient sur les malheurs d’un «monde qui a les cheveux blancs» où «la jeunesse ne veut plus rien apprendre». Or, un communiqué de presse de votre maison d’édition disait que vous aviez ressenti le besoin de revoir le texte «pour le rendre plus accessible aux nouveaux lecteurs»

C’est une expression curieuse qui voulait peut-être suggérer aux libraires qu’une nouvelle édition aurait attiré l’attention de nouveaux lecteurs (critère commercial valant cependant pour n’importe quel livre), mais qui certainement (au moins pour ceux qui croient qu’Omo lave vraiment plus blanc) a stimulé l’interprétation selon laquelle j’aurais fait une édition ad usum Delphini. Non, c’est toujours à l’usage des baleines. Ne serait-ce que parce que le communiqué, si je me souviens bien, disait correctement «il ne l’a pas réécrit, comme ont fait d’autres auteurs», ajoutant, me semble-t-il, que le livre faisait 550 pages. Il suffisait de faire comme a fait Massimo Gramellini de la Stampa : aller vérifier que l’édition précédente comptait dix-huit pages de moins pour lever le soupçon qu’il ne s’agissait pas d’une édition abrégée pour débiles. En voulant peaufiner, il faudrait en conclure que c’est une édition augmentée (mais je pense que la différence est due aux marges un peu plus larges, dont je ressentais le besoin).

Mais la chose pénible, au moins en termes d’éthique journalistique, c’est que, sur la base d’une demi-phrase d’un communiqué de presse, aient été écrits des articles excités ou indignés, par des gens qui n’avaient pas eu en main cette nouvelle édition - laquelle, au moment où on parle, n’existe pas. Chaque article naissait d’un article précédent, et tous ont eu la légèreté de parler d’un livre qu’ils n’avaient pas lu ni même vu. Comme disait Untel, c’est pire qu’un crime, c’est une erreur. Au vu de son article, le seul qui doit avoir donné un coup de téléphone à la maison d’édition ou s’être fait montrer les épreuves de façon à comprendre qu’il ne s’agissait pas d’une réécriture mais d’une correction normale d’erreurs et d’imprécisions lexicales, est Paolo di Stefano, du Corriere della Sera. Au jour d’aujourd’hui, un journaliste qui remonte aux sources mérite le prix Pulitzer.

Comment cette nouvelle édition sera-t-elle-présentée ?

Dans le colophon (cette page aux petits caractères où figure le copyright), il y aura la mention : «édition revue et corrigée», comme c’est le cas dans de nombreux livres lorsque, après de nombreuses années, on fait une deuxième édition. Je suis intervenu avant tout sur certaines inexactitudes, j’ai éliminé la répétition de termes qui apparaissaient à quelques pages de distance, souvent je me suis soucié du rythme, parce qu’il suffisait d’ôter un adjectif ou d’enlever une incise pour rendre plus aérée toute une période. J’ai pratiqué à la manière d’un dentiste, quand - une fois posée la prothèse, et alors que le patient a l’impression d’avoir comme une masse dans la bouche - il passe un tout petit coup de roulette et fait en sorte que les dents s’encastrent à la perfection.La seule variante un peu substantielle se trouve dans la description du visage du bibliothécaire : je voulais faire disparaître une référence néogothique gênante.

Y avait-il des erreurs à corriger ?

Pas beaucoup, mais il y en avait. Depuis trente ans, je continuais à avoir honte du fait que j’avais trouvé la mention dans un herbier d’époque de lacicerbite (qui est une espèce de chicorée), et l’avais rangée parmi lescucurbita, en la faisant devenir une courge - alors que la courge nous est venue des Amériques. De même pour une mention des poivrons. Et puis je parlais d’un violon, alors qu’à l’époque, c’était une vielle, c’est-à-dire une sorte de viole. A un autre endroit, Adso dit avoir fait quelque chose en quelques secondes, alors qu’au Moyen Age la mesure temporelle de la seconde n’existait pas.

Et vous vous êtes décidé à ce «nettoyage» après trente ans?

Que voulez-vous, durant ces trente années j’ai écrit cinq autres romans, tandis que le Nom de la rose voyageait presque à son compte entre réimpressions et traductions, et que je n’arrivais pas à le suivre. Et il y a une chose qu’il faut dire : mes romans suivants reportaient des corrections à chaque réimpression, et cela parce qu’on commençait les traductions dès que le roman était sorti en italien. Or, il n’y a pas de lecteur plus sévère et entêté qu’un traducteur, qui doit peser mot après mot. Et les différents traducteurs se rendent compte que là il y a une contradiction, qu’ici tu as écrit nord au lieu de sud, qu’une phrase se prête à une double interprétation parce qu’il manque par exemple une virgule, et ainsi de suite. Lorsque ces remarques t’arrivent, souvent toutes en même temps, toi, à la première ou à la deuxième réimpression, tu fais les corrections appropriées.

Avec le Nom de la rose, les traductions sont au contraire arrivées très lentement, à des années d’intervalle, alors que les réimpressions italiennes se succédaient à grande vitesse. Il y a aussi le problème des répétitions, qui embêtent toujours l’auteur quand il se relit; aujourd’hui il suffit d’appuyer sur une touche de l’ordinateur, et l’on sait aussitôt combien de fois le même adjectif a été répété dans un texte de plus de 500 pages, alors qu’au temps du Nom de la rose, on tapait encore à la machine. Ce n’est que bien plus tard que j’ai pu disposer d’un texte numérisé et faire les vérifications dont je parlais.

Lorsqu’ils feuilletteront cette édition, les premiers lecteurs du Nom de la rose pourront donc ne même pas apercevoir de différences ?

A moins qu’ils ne soient des disciples de Gianfranco Contini et de la «critique des brouillons». Si quelqu’un voulait faire une thèse de doctorat en comparant les deux éditions mot à mot, il découvrirait que les cas les plus notables concernent certaines citations latines. Le latin était et demeure fondamental pour donner à l’histoire sa saveur «conventuelle», et attester que les renvois à des idées de l’époque sont corrects et authentiques. D’autre part, je voulais, et veux encore, soumettre mon lecteur à une certaine discipline pénitentielle. Toutefois, j’avais été gêné par le fait que des lecteurs m’aient fait savoir que pour telle ou telle citation, ils avaient été obligés de consulter un dictionnaire de latin. Moi, cela ne m’intéressait pas et ne m’intéresse pas que les citations soient comprises, surtout lorsqu’il s’agit de simples titres de livres : elles servent à donner l’impression d’éloignement historique. Mais je me suis aperçu que, dans certains cas, si on ne comprenait pas la citation, on ne comprenait pas bien non plus ce que je racontais.

L’éditeur allemand s’était senti en devoir de mettre en appendice un petit dictionnaire avec la traduction des phrases latines, et cela m’avait beaucoup embêté. Mon éditrice américaine, Helen Wolff, m’avait fait remarquer qu’un lecteur européen, même s’il n’a pas étudié le latin, avait en tête tant d’inscriptions lues sur les façades des palais ou des églises, avait entendu tant d’expressions, tantôt philosophiques, tantôt juridiques ou religieuses, qu’il pouvait ne pas être terrorisé par des mots tels que dominus ou legitur.Un lecteur américain, en revanche, aurait eu de plus sérieuses difficultés - comme si chez nous paraissaient un roman farci de longues citations en hongrois.

C’est pourquoi, avec mon traducteur Bill Weaver, on avait allégé certains passages en latin, en insérant par exemple une paraphrase de la partie la plus notable - ce faisant, j’avais dans l’esprit certains usages de ma région, qui font que, quand on parle en dialecte, on souligne les expressions les plus importantes en les répétant en italien. J’ai adopté le même critère pour cette édition italienne.Un exemple. A un certain moment, Guillaume cite Bacon, et dit : «Et de toutes ces connaissances, une science chrétienne devra se réemparer, les reprendre aux païens et aux infidèles tamquam ab iniustis possessoribus». La nouvelle édition dit : «Et de toutes ces connaissances, une science chrétienne devra se réemparer, elle devra les reprendre aux païens et aux infidèles tamquam ab iniustis possessoribus, comme si nous seuls, et pas eux, avions droit à ces trésors de vérité.»

Aucune réécriture en style SMS pour faciliter la lecture du livre à des lecteurs déprimés, donc ?

Ne dites pas des choses pareilles, car j’ai mal quand je ris. Dans la plupart des cas, ce sont des corrections que j’ai faites pour me faire plaisir, pour me faire sentir sur certains points plus à mon aise, stylistiquement, pour faire que le discours «coule» mieux, pour perfectionner certains rythmes - et non pour faciliter la lecture aux lecteurs déprimés. Le livre reste tel qu’il était - prêt à déprimer les futurs lecteurs. Je dois dire que l’expérience (me relire après tant de temps, faire un petit rafraîchissement ici et là, comme le fait le coiffeur après vous avoir déjà mis le miroir derrière la tête) m’a plu. A l’avenir, pendant mon temps libre, je ferai des éditions revues et corrigées de mes autres romans.

On a pu lire que les éditeurs étrangers auraient à retraduire le livre…

Il ne manquerait plus que cela. Dans certaines traductions, la moitié des inconvénients que j’ai éliminés dans le texte italien pourraient déjà avoir disparu. Pour le reste, j’enverrai aux anciens traducteurs la nouvelle version dans laquelle sont surlignés en rouge les mots ou les passages modifiés. En vue de la prochaine réimpression, en une demi-journée, il pourront remettre en place le texte - pour autant qu’ils estiment que leur version l’exige, naturellement.

(1) 1866-1952, philosophe, écrivain, fondateur du Parti libéral italien.

Partager cet article
Repost0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 10:56

Je reprends un défi littéraire proposé par un blog littéraire. Une bonne manière de découvrir des nouveaux romans...

 

http://delivrer-des-livres.fr/challenge-1-rentree-litteraire-2011/

"Pour réussir le challenge 1% il faudra donc lire entre hier (façon de parler, il n’y a pas de date de début, les chroniques déjà publiées comptent!) et le 31 juillet 2012  7 livres (6 1/2 en fait, mais ce n’est pas pratique!). Bien entendu on aura le droit de tricher en faisant compter les livres jeunesse de cette période aussi ;)

Très bientôt je vous parlerai des nouveautés très attendues de cette rentrée littéraire, mais nous avons encore le temps, alors tout de suite, place aux inscriptions !

Quelques « Règles » :
Tout le monde peut participer, mais seuls les livres chroniqués sur un blog seront pris en compte, si vous n’en avez pas on peut s’arranger ;) Aucune obligation de faire un article de présentation pour participer, par contre je vous demanderai de bien vouloir mettre le logo et/ou un lien dans vos articles participants, afin qu’on se repère plus facilement! Il faudra aussi venir me donner vos liens en commentaire, avec le titre et l’auteur du livre (+ sa catégorie Roman / Essais / Jeunesse) et ne pas s’inquiéter s’ils n’apparaissent pas immédiatement ;) . "

 

Challenge-rentree.jpg

Partager cet article
Repost0
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 21:38

J'ai relooké mon blog, histoire de rebooster mon ego.

Ca fait du bien, parfois... et même d'écrire en franglais !

 

En plus, cela signifie que je m'améliore en langage html... Cool !Ego.jpg

Partager cet article
Repost0
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 14:45

A Londres en proie au pillage, un commerçant vandalisé témoigne : «Dans la rue entièrement pillée de Croydon, un seul magasin était indemne : la librairie !» Evidemment, on se doute que ce n'est pas par respect pour le livre. C'est même l'anti-Fahrenheit 451. Ray Bradbury avait imaginé un Etat où le livre, subversif, alimenterait d'immenses autodafés, où une poignée de résistants apprendrait par coeur des ouvrages entiers, mémoire vivante de l'humanité. Bradbury l'avait imaginé dans le futur. C'était arrivé, de façon organisée, dans le passé au temps du nazisme. Aujourd'hui, les émeutes rassemblent des "geeks" à la recherche d'écrans plasma et de portables. John Pitts, criminologue, dans le Guardian, confirme: «Cette génération, bombardée de pubs et élevée dans le culte d'une consommation excessive, s'est déchaînée.» Aujourd'hui, ce sont les messages via Twitter que l'on cherche à brouiller. Si les librairies sont appelées à devenir des musées, à quelle température brûle un smartphone?

Fahrenheit-451-2.jpg

Partager cet article
Repost0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 14:44

Il ne reste plus qu'à se rouler dedans, mais pour cela, il faudra attendre octobre!

CouvSultane-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 09:30

Une résidence d'écriture légèrement claustrophobique...

 

Keret House / Centrala
By Kelly Minner — Filed under: Houses , 
 

Courtesy of Centrala

In Warsaw,  in the district of Wola lies a small crack of space between the buildings on 22 Chłodna Street and 74 Żelazna Street.  Jakub Szczęsny of Centrala, recognized the potential to create something unique within this narrow area, and derived a design of an art installation entitled Keret House. The house upon completion shall become the narrowest house in Warsaw, measuring an interior that will vary between 122 centimeters and 72 centimeters in its narrowest spot.

Architects: Centrala
Location: Wola, 
Designer: Jakub Szczęsny
Project Area: 14,5 sqm
Project Year: December 2011
Project Curators: Sarmen Beglarian, Sylwia Szymaniak
Project Announcement: Wola Art Festival “CityProjectWola
Organizers: Modern Polish Art Foundation, President Piotr Nowicki, Wola District Office of the Capital City of Warsaw; Coordinator Anna Fiszer-Nowacka; Gmina Wyznaniowa Żydowska w Warszawie, Coordinator Judyta Nekanda-Trepka

 

Courtesy of Centrala

The house will be a workplace, a hermitage created for an outstanding Isreali writer, Etgar Keret. Besides, it will also fulfill a function of a studio for invited guests – young creators and intellectualists from all over the world.

The residential program, conducted in the heart of Wola, is supposed to produce creative work conditions and become a significant platform for world intellectual exchange.

section

Structurally the house is a simple tri-dimensional steel frame finished with plywood, insulated sandwich panels and styrofoam covered with concrete cloth painted white.

The interior will also be painted all white.

Courtesy of Centrala

The “living” will place itself on the transformable, remote control openable stairs, that flatten themselves when being in”up” position and become regular stairs when going down.

It will be equipped with boat-inspired water and sewage technology independent from city systems, the electricity will be delivered by a neighboring building.

plan

Currently the house is receiving building permits as art installation, since it doesn’t fulfill any existing Polish building codes, the building process is supposed to start in September.

Courtesy of Centrala

* Location to be used only as a reference. It could indicate city/country but not exact address. 
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 16:18
Aérien : mise en garde contre des bombes sous la peau

Mots clés : , , ,

Par lefigaro.fr
07/07/2011 | Mise à jour : 10:14 

Tout en niant l'existence d'une menace précise, les autorités américaines de la sécurité ont averti les compagnies aériennes des nouvelles techniques qui pourraient à l'avenir être utilisées pour faire exploser des avions.

«Rien n'indique un danger imminent», assurent les autorités américaines. Elles n'en ont pas moins mis en garde les compagnies aériennes et des pays tiers sur la possibilité d'une nouvelle forme de terrorisme aérien : des bombes implantées sous la peau de passagers.

Citant des responsables de l'Administration de la sécurité dans les transports (TSA), la presse américaine s'est fait l'écho de projets de terroristes «d'opérer des personnes pour leur implanter des matières explosives», dans le but de contourner les contrôles de sécurité aux aéroports. Ces informations, a notamment rapporté le Los Angeles Times, ont été transmises par la TSA aux compagnies aériennes. Selon le quotidien, elles pourraient mener à des mesures de contrôle supplémentaires dans les aéroports américains. Car, de l'avis d'experts, ce nouveau type de bombe pourrait échapper aux scanners en service à l'heure actuelle, les scanners corporels eux-mêmes n'allant pas au-delà de l'épiderme.

Des tests sur la peau

Parmi les nouvelles procédures de sécurité envisagées, les agents pourraient avoir recours plus systématiquement à des «prélèvements sur la peau à l'aide de cotons-tiges» pour détecter d'éventuelles traces d'explosif laissées au moment de leur implantation. Aujourd'hui, note le journal, ces tests ne sont réalisés qu'auprès d'une minorité de passagers.

Ces mesures ne sont en rien liées à «un danger imminent ou spécifique», a tenté de nuancer le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney. La TSA et le département de la Sécurité intérieure ont selon lui tout au plus offert «un large aperçu aux compagnies aériennes quant à de récentes informations faisant état de la volonté de terroristes de cibler le secteur aérien». Il ne serait en effet «pas surprenant du tout», juge-t-il, que «des terroristes cherchent de nouveaux moyens de contourner les contrôles de sécurité afin de viser des avions».

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 09:29

http://nanou2000.n.a.pic.centerblog.net/glavnkdn.jpgOuf, le cauchemar sera bientôt fini. Il faut reconnaître que la justice américaine est rapide (dans un sens comme dans l'autre d'ailleurs). En France, Outreau, ça a pris trois ans et un suicide.

Et dire que même mon statut ne m'a pas protégé.

On ne m'y reprendra plus.

C'est vrai aussi, j'aurais dû me méfier : voir arriver une superbe plante en décolleté, parlant français de surcroît, juste au moment où je sors de ma douche...

Finalement, ce n'est qu'au sein de ma famille que je me sens bien désormais, à l'abri.

Retourner en France? Affronter le cirque médiatique, les questions creuses et les réponses en langue de bois?

Pour l'instant, j'aspire juste à ma pleine liberté et tranquillité. Après tout, j'ai 62 ans, je pourrais faire valoir mes droits à la retraite...

Dès que j'aurai récupéré mon passeport (mon "sésame, envole-toi"), j'irai me ressourcer sur une île déserte. Tiens, pourquoi pas une île grecque, ce sera ma contribution à  leur sauvetage.

Voilà que ça me reprend !

Pas sûr que j'y reste très longtemps, sur cette île...

Partager cet article
Repost0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 21:49

J'aime cette expression, plus parlante que son équivalent français. Je me suis servie de cette thématique pour un sujet d'atelier d'écriture aux Rencontres de Bages, cette année. La façon de travailler me fut inspirée par la méthode du "ghost writer". Résultat excellent.

 

J'ai revu le film récemment. J'ai davantage apprécié son côté hitchcockien, avec le faux prétexte de l'écriture, qu'Hitchcock appelait le MacGuffin. Ce n'était pas sans rappeler l'astuce des "39 marches" et Mister Memory qui détenait le secret que tous recherchaient pendant tout le film.Et cet autre film (dont je n'arrive pas à me souvenir du titre, c'est là que j'aurais besoin d'un Mister Memory!) où le secret était écrit en minuscule dans les noires d'une partition. C'est comme cela que le héros s'en apercevait, car ce n'était pas cohérent comme morceau de musique. L'homme qui en savait trop ?

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQNDIg6X6GLbEbJYdep9chT3n7vIakGqbmiAXD7sp7AZ6cQtuO1gQ

De la même façon, dans le film de Polanski, le héros cherche à résoudre l'énigme qu'a laissée son prédécesseur, mais de la façon dont ce dernier s'est pris pour la découvrir, nous ne saurons rien. La virtuosité de la réalisation nous ferait presque oublier le faible enjeu du fameux secret: quoi, le Premier ministre britannique a une politique étrangère pro-américaine? Quel scoop! Pardon, on fera comme si on n'en était pas aperçu depuis les débuts de la construction européenne.

Partager cet article
Repost0